NOTRE - DAME   de CHÂTEL - MONTAGNE
Eglise romane du 12ème siècle   Allier (03)
  

Les seigneurs de Châtel-Montagne

Votre navigateur Internet 6 ou Internet 7 est obsolète :
il est incapable de reproduire correctement la mise en pages.


Nous sommes à la fin des bouleversements majeur du contexte féodal des 10e et 11e siècles : affaiblissement considérable du pouvoir central que se partagent les "grands" feudataires de l'ex-empire carolingien et apparition de barons, seigneurs et châtelains qui tous s'arrogent une part de ces droits régaliens : transmission héréditaire de leur fief, droits de justice et prélèvement de dîmes...
Changement qui dure moins de deux siècles : avant la fin du 11e siècle, progressivement, le pouvoir royal s'exercera à nouveau et se renforcera définitivement, délégant l'exercice de ses droits régaliens de justice aux grands seigneurs du royaume. La noblesse, plus petite récemment constituée, gardera la propriété héréditaire de ses fiefs, mais dans le cadre d'une vassalité pyramidale ayant le roi pour origine. Une restructuration comparable affecte l'église dont le pouvoir - spirituel - se renforce.

→ Voir : Le contexte féodal et religieux. ←

* * *

Au 11e siècle la place forte de Châtel-Montagne était tenue par des descendants de Robert de Centarben ( note) Vivant vers 910, fondateur de la famille chevaleresque des Centarben, originaire de Saint-Albin en Saône-et-Loire. alliés et proches de la famille de Semur en Brionnais. ( note) Jean-Paul DESGOUTTE dans « IL PLEUT » Histoire de la fin du (beau) temps http://arpublique.eklablog.com/ (qui cite Paul de Varax, op. cit. et Le sermon du siècle, bib)
«...familles charolaises de Centarben et d'Oingt – alliées et proches de la famille de Semur.//...Roclen de Saint-Aubin (i.e. Centarben), issu d'une branche cadette de la famille de Semur.» .
. A noter que Saint-Albin et Semur-en-Brionnais d'où sont respectivement issues ces deux familles ne sont distantes que de 12 km.

→ Voir : La famille Centarben ←

→ Voir : La famille de Semur ←


* * *
Se trouvant exposé en première ligne face aux menées expansionnistes des comtes de Bourbon l'Archambault, la famille de Châtel-Montagne a renforcé, pour sa sécurité, ses liens de vassalité avec la famille de Semur :

* d'abord par le mariage de Dalmasse de Chatel-Montagne avec Adélaïde de Semur, sœur de Hugues de Semur, abbé de Cluny.
* plus tard, par la donation faite par Hugues de Châtel-Montagne et Étiennette aux moines de Cluny, une cinquantaine d'années plus tard (1080 ou 1082). Dalmasse de Châtel-Montagne s'étant fait moine à Cluny, la châtellenie avait échu à son frère Hugues.

     Il existe une mauvaise traduction tardive de L'ACTE DE DONATION,  (voir)donation effectuée par "le seigneur Dalmas, fils de Dalmas et de Sigelgonde, et son épouse Étiennette".  ( note) IL existe diverses erreurs dans la copie tardive de la charte de donation qui nous est parvenue, par exemple le prénom Dalmasse désignant le donateur.

Cette donation fut confirmée par le pape Urbain II en 1095.

* * *

En réalité, trois protagonistes participaient à ces alliances :

La Maison de Semur issue de la famille de Vergy,  ( note) Gérard de Vergy (+841), issu de la première maison des comtes de Châlon, comte d'Auvergne serait par ses fils à l'origine au moins de trois grandes maisons de Bourgogne :
1 - les barons de Semur
2 - les seigneurs de Vergy
3 - la maison des comtes de Chalon.)

et peut être également selon certains historiens :
4 - du royaume de Bourgogne-Provence
5 - du premier duché de Bourgogne.
, l'abbaye de Cluny et la lignée des Centarbin de Châtel-Montagne, chacun d'eux retirant un bénéfice différent.

1) L'abbaye de Cluny en créant un nouveau prieuré à Châtel-Montagne étend son rayonnement et renforce son pouvoir spirituel laissant espérer de nouvelles entrées - accompagnées de donations - dans les monastères dépendant de l'abbaye. Chaque dépendance de l'abbaye lui reverse sa dîme. Cet apport d'argent est indispensable pour les activités de bienfaisance mais aussi pour la réalisation de projets : la construction de la nouvelle église, "Cluny III", débutra en 1095.

2) La puissante famille de Semur ( note) .../la grandeur princière des premiers barons de Semur. Ceux-ci se montreront dignes de leur sang, par leurs vertus autant que par leurs alliances avec les ducs souverains de Bourgogne, les rois de France et de Portugal. Le sang même de Charlemagne viendra se mêler dignement au leur... Abbé F. Cucherat, Mémoires de la Société Éduenne, Tome 15 (1887) et tome 16 (1888) dont un ancêtre, Guillaume le Pieux avait fondé le monastère de Cluny en 908, reste fortement impliquée dans son existence. Pendant la période de construction de l'église de Châtel-Montagne, 21 membres de la famille entreront au monastère, Cluny pour les hommes, Marcigny pour leurs femmes et leurs filles.  ( note) ".../ à moins que ce puissant seigneur n'ait été un de ces trente illustres fugitifs du monde qui, un beau jour abandonnant leurs familles, entrèrent ensemble au monastère de Cluny. C'est pour ouvrir un asile à leurs femmes et à leurs filles que saint Hugues avait fait sa fondation de Marcigny en 1056..."(abbé F. Cucherat)

Les dots accompagnant l'entrée dans les ordres, ainsi que les nombreuses donations diminuent les avoirs de la famille de Semur et l'affaiblissent considérablement. L'alliance renforcée avec la famille de Châtel-Montagne défendant son flanc ouest vient à point. Mais trop affaiblie, la famille de Semur disparaitra dès la seconde moitié du 12e siècle, la châtellenie passera aux mains d'une branche cadette, la famille de Luzy.

3) La famille des Châtel-Montagne verra automatiquement se former un village (ouvriers, artisans et leur familles, serviteurs laïques du prieuré) auprès du prieuré que Cluny ne manquera pas d'ériger, source de nouvelles taxes et de nouvelles entrées d'argent. Ce choix était judicieux, vu l'importance que va acquérir le village de Châtel-Montagne au fil du temps, devenant l'une des 30 "villettes" les plus importantes du Bourbonnais au 15e siècle. L'assistance militaire liée aux liens matrimoniaux ainsi qu'à la présence de l'enclave Clunysienne sur son sol est une sécurité face aux Forez tenu par la maison de Bourgogne, et surtout face aux menées des Bourbons.

* * * Comme dans la famille de Semur  ( note)Trois grands abbé de Cluny (Hugues ou Saint-Hugues frère d'Adelaïde de Châtel-Montagne, son petit fils Hugues II de Semur et le neveu de ce dernier, Pierre "Le Vénérable") et au moins 18 femmes qui sont entrés dans les ordres au couvent de Marcigny (dépendance féminine de Cluny fondée par saint Hugues pour accueillir les épouses et les filles des seigneurs voulant entrer dans les ordres)..( Joachim Wollasch) - Parente noble et monachisme réformateur - Observations sur les «conversions» ä la vie monastique aux XI° et XIIe siècles - Revue historique N° 535, Juillet/septembre 1980 - PARIS, P.U.F
, de nombreux membres de la famille de Centarben entrent dans les ordres
 ( note) "Il faut noter que "Plusieurs dames de la famille de Centarbens qui comptait parmi ses membres non seulement des vassaux des seigneurs de Semur, mais aussi d'Hugues de Berzé, sont entrées à Marcigny, tandis que quelques-uns de leurs parents sont devenus moines et même dignitaires de Cluny, entre eux Hugues de Bissy, cellérier de Cluny". Chacune de ces entrées s'accompagnaient de donations, dont des terres." Coïncidence liée à la religiosité de l'époque ou témoignage de liens étroits entre ces deux familles. Quoi qu'il en soit, dots et donations répétées ruineront également les deux familles, et rendant inopérante leur alliance. La branche d'origine des Châtel-Montagne s'éteint, aucune branche des Centarben ne reprenant le fief à la mort du dernier héritier mâle (1285) alors que la famille de Semur sera remplacée dans son fief par la famille de Luzy (ou de Lucy).

* * *

Sources utilisées : voir la page "Bibliographie"

 
Amicale Chateloise pour l'Eglise Romane - Association Loi de 1901
03250 - Châtel-Montagne  -  A.C.E.R.          Serge Seliverstoff - 9/2018