NOTRE - DAME   de CHÂTEL - MONTAGNE
Eglise romane du 12ème siècle   Allier (03)
  

Histoire de l'église Notre-Dame

Votre navigateur Internet 6 ou Internet 7 est obsolète :
il est incapable de reproduire correctement la mise en pages.

l'égliseL'église en 1850. Avant l'an 1080, une église - déjà dédiée à la Vierge Marie - appartenant au seigneur de Châtel, et dépendant du diocèse de Clermont, existait à Châtel-Montagne .
En 1080/1082 - Le seigneur DALMAS et son épouse Étiennette donnent aux moines de Cluny tous les biens qu'ils possèdent à Châtel-Montagne, dont l'église Notre-Dame.

1095 - Le pape Urbain Il authentifie cette donation.

1095 à 1210> - Construction de l'église actuelle par agrandissement de l'église primitive,

1294, 1310 et 1353 - Le "registre des visites" constate la présence régulière d'un prieur et de quatre moines. (document)Visites des monastères de l'Ordre de Cluny de la province d'Auvergne.....
ces visites sont éminemment favorables aux moines de Châtel Montagne, et si en 1353-1354 les bâtiments sont en bien mauvais état, au spirituel on ne signale aucune ruine.
« 1281.........Domus de Castro in Montanis est in bono statu spiritualiter et temporaliter.
1294.........Apud Castrum in Montanis sunt quatuor manachi sacerdotes preter priorem, nec unquam fuerunt plures.
Fiunt ibi divinum officium, hospitalitas et elemosina competenter, domus nichil debet, habet victualia usque ad fructus novos. Monachi non habebant strats, precipimus ut haberent. Prior multa bona fecit in locis que tenet.
1353-1354.......In prioratu de Castro in Montanis, .........., sunt quatuor monachi; domus dicti prioratus corruunt et pro parte ceciderunt. »
(TERSONNIER Bulletin de la Société d'Émulation du Bourbonnais, 1903, citant M.A.Bruel Bibliothèque de l'école des Chartes, 1877.)


1462 - L'église devient église paroissiale.

1501 - Le prieuré de Châtel-Montagne est rattaché au couvent des moniales de Lavesne qui laissent tomber les bâtiments en ruines.

1700 - Les églises du Mayet, Nizerolles, Le Breuil, Saint-Clément et Arfeuilles relèvent de Châtel-Montagne, jusqu’en 1785.

1790 - A la suite de la révolution, suppression de la présence religieuse à Châtel-Montagne.

1793 - La municipalité jacobine de " Mont sur Besbres " abat la flèche en pierre de l'église. Le monument funéraire de Rollat est profané et détruit. les statues des saints et de la Vierge brûlés au cimetière (qui jouxte alors l'église). Les archives municipales sont brûlées devant l'église.
5 avril 1799 : vente de l'église à Jean Phélipon de Moulins pour la somme de 150.000 F.
L'édifice devient un entrepôt à salpêtre, gardé par les gardes nationaux, ce qui le sauve de la démolition.

1903 - L'église est rendue au culte.

1823 - Châtel-Montagne est rattaché au diocèse de Moulin, à la création de ce nouvel évêché.

vers 1835 - Une chapelle rectangulaire est construite, l'église est décorée d'imitations de marbre, de bronze et, au niveau des chapelles rayonnantes, "d'anges bouffis" sur fond bleu.

1840 - Inscription à l'inventaire des Monuments historiques.

1885 - La municipalité fait marteler les chapiteaux jugés indécents.

de 1850 à 1900 - Très importants travaux de restauration de l'église qui éliminent les quelques modifications architecturales rajoutées au cours du temps pour retrouver l'aspect primitif. Par économie, le clocher n'a pas été reconstruit. Depuis lors, seuls des travaux d'entretien courant des toitures et de rejointoyage ont été nécessaires.

1900 - Dom Athanase Desrosiers, curé de la paroisse, peint les stations du Chemin de Croix. Séparation de l'église et de l'État.

1938 - Les abords de l'église sont inscrits sur la liste des sites classés depuis le 4 janvier 1938.

De 1914 à 1955, les exemplaires retrouvés du bulletin paroissial témoignent tous d'une importante vie paroissiale ( "même si les hommes s'occupent plus de leurs champs que des offices" ) : processions, pèlerinages, congrégations, dons d'objets de culte, restauration des objets exposés à l'humidité de l'église, restaurations des cloches, etc..

1955 : A la suite du renouveau lié au concile de Vatican II, poussé par le zèle des conservateurs des Monuments Historiques et par le nouveau goût du jour, des lustres en bronze du XIIIe siècles, des vases sacrés anciens et la table de communion sont vendus. Le Christ de la poutre de gloire ainsi que les grilles du chœur sont entreposés à la tribune
La chaire est entreposée au fond de l'église, son pied est coupé pour réaliser le lutrin.
L'autel en bois et stuc situé au fond du chœur est remplacé par un autel "moderne" en granit placé plus près des fidèles.
Le "chemin de croix" , aujourd'hui inscrit à l'inventaire complémentaire des monuments historiques, a failli disparaître... (note)« "lettre ... reçue de M. l'Architecte des Beaux-Arts, en date du 14 mai 1955 :

«..nous avons constaté une fois de plus combien jurait dans un édifice de la qualité de votre église le Chemin de Croix aux vives couleurs. Pourriez-vous en envisager le remplacement par de simples croix en chêne... »

 
Amicale Chateloise pour l'Eglise Romane - Association Loi de 1901
03250 - Châtel-Montagne  -  A.C.E.R.          Serge Seliverstoff - 2/2015