Église romane Notre-Dame de Châtel-Montagne  -  Allier  (03)
  

Chapiteau 5  :

Personnage bénissant

Votre navigateur Internet 6 ou Internet 7 est obsolète :
il est incapable de reproduire correctement la mise en pages.
Pointez sur les trois images pour les agrandir

Emplacement


Face est du 3ème pilier sud de la nef.

Description




Un personnage à genoux sur l'astragale, le sommet du crane touchant le tailloir, remplit la face principale de la corbeille. Il lève son bras et sa main droits dans le geste de bénédiction avec deux doigts, traditionnellement attribué au Christ dans l’art roman et particulièrement dans les représentations du Christ en Majesté.
La main gauche est ouverte, paume tournée de face en signe de paix ou d'accueil
Cet homme n'est vêtu que d'une ceinture et son nombril est apparent.

A l'angle supérieur droit de la corbeille, un visage ou un masque isolé, comme suspendu. Le retour droit de la corbeille est occupé par un personnage debout, tourné de face et tenant à deux mains une hostie qu'il porte à sa bouche ouverte.

Sur la face gauche du chapiteau, un personnage au tronc fléchi, tête inclinée, derrière un masque qu'il tend à bout de bras. Ce masque occupe l'angle supérieur gauche.

Tentative d'explication



Le personnage de gauche, courbé et se cachant derrière son masque évoque un damné mis à la gauche du Christ le jour du Jugement Dernier, et le personnage de droite, communiant, ayant rejeté son masque et sa vie pécheresse, rappelle un juste placé à la droite.

L'ensemble du chapiteau évoque donc le thème du Jugement dernier, mais avec une différence significative. Le personnage central est très proche d'une représentation du Christ en Gloire mais il lui manque sa gloire (son auréole, que constituent le nimbe cruciforme et la mandore) et il est représenté agenouillé!

Thuvier. Détail chapiteau du Jugement Dernier Détail du Chapiteau
du Jugement Dernier
N.D. de Thivier
(tenant une hostie)
   * Dans l'iconographie romane ou pré-romane le Christ (sauf quelques Christ en Croix) n'est jamais représenté sans sa gloire car le nimbe chargé d'une croix est son principal signe distinctif. Il est rarement représenté la seule main gauche levée, paume ouverte de face, en signe de paix ou d'accueil, (note) Au lieu que sa main gauche repose sur le Livre. Cependant, sur un chapiteau de Thivier le Christ avec son auréole est représenté dans cette position, main gauche levée de face tenant ce qui peut être une hostie.
  * La position à genoux représente un personnage en prière, mais peut également correspondre à une déformation artistique permettant d'agrandir et de donner plus d'importance à la figure centrale (du Christ ?).

Il peut donc s'agir du Christ lui même, ou de la personnification de l'Église ou du clergé priant : une équivalence était ainsi établie entre l'Église en ce monde agissant au présent et le Christ revenant à la fin des temps :

Ceux que l'Église terrestre accueille voient s'ouvrir la porte du ciel : ceux qu'elle exclut sont voués à l’enfer. Ceci doit être compris dans l'esprit religieux du 12e siècle. Mais ce rappel avait également une fonction didactique : c'est à chaque moment de notre vie que chacun de nous se prépare au jugement par le juste choix de ses actes. (note) Référence électronique :Jérôme Baschet, « Une image à deux temps. Jugement Dernier et jugement des âmes au Moyen Âge », Images Revues [En ligne], hors-série 1 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 11 février 2013. URL : http://imagesrevues.revues.org/878)


Sont donc évoqués simultanément :
  * le jugement futur de la fin des temps,
  * le jugement de l'âme au moment du décès (qui en est la manifestation anticipée),
  * la nécessité d'une préparation personnelle à ce jugement, sous la direction de l'église.

  
Amicale Chateloise pour l'Eglise Romane - Association Loi de 1901
03250 - Châtel-Montagne  -  A.C.E.R.          Serge Seliverstoff - XI/2014