Église romane Notre-Dame de Châtel-Montagne  -  Allier  (03)
  

Chapiteau 6  :

Orants à queues de poisson

Votre navigateur Internet 6 ou Internet 7 est obsolète :
il est incapable de reproduire correctement la mise en pages.
chapiteau des orants à queues de poisson
chapiteau des orants à queues de poisson
chapiteau des orants à queues de poisson
plan montrant l’emplacement du chapiteau
Pointez sur les images pour les agrandir

Emplacement


Face ouest du 1er pilier sud de la nef.

Description



A chaque angle de la corbeille, un orant apparemment barbu, la taille ceinte d'une fine ceinture et appuyant sa nuque contre le tailloir - qui symbolise le ciel. Le visage de l'orant de gauche a été dégradé, de même que l'angle gauche du fin tailloir de la corbeille.

Les bras,dressés dans l'attitude de la prière viennent au contact du tailloir, de même que les membres inférieurs relevés -traités en "queues de poisson" portant de petites nageoires latérales.
Une jambe/queue se porte vers la face
latérale du chapiteau, et l'autre vers la face principale où elle croise la jambe/queue du second orant, formant un "X".

Sur chaque face latérale, chaque personnage tient de sa main sa propre jambe/nageoire caudale.
Par contre sur le centre du chapiteau, la main du personnage de droite et la jambe/queue de poisson du personnage de gauche se superposent et se confondent.

Alors que la main du personnage de gauche et la jambe/nageoire du personnage de droite touchent le tailloir sans contact entre eux : l'avant bras et la jambe/queue de poisson sont nettement séparés.

Par ailleurs il faut bien noter qu'il ne s'agit en aucun cas de sirènes, à une seule queue, comme on en retrouve au niveau du déambulatoire.

Tentative d'explication



Avant de devenir un thème péjoratif, le poisson (ichtys) a longtemps été un symbole renvoyant directement au Christ,  (note)les lettres du mot ICHTYS forment les initiales de la phrase « Jésus-Christ fils de Dieu Sauveur » puis par analogie il a été utilisé comme symbole de l'église.
De même l'eau était primitivement le symbole de pureté ou de renouveau baptismal : " Nous autres, petits poissons, comme notre Poisson le Christ-Jésus, nous naissons dans l’eau et nous ne sommes sauvés qu’en demeurant dans l’eau ". (Tertullien, De Baptismo 1)

Par ailleurs, le fait de tenir l'autre personnage (dans le cas présent, par la cheville) signifie une action collective. On retrouve là une relation de contact entre les deux personnages de la corbeille aussi complexe que celle observée sur le chapiteau 10 du collatéral sud.  (note) Alors que le fait de se tenir soi-même témoigne d'une prise de conscience et d'un travail sur soi-même


C'est en ce monde ou dans l'autre, le plein épanouissement de l'homme baptisé ou du moine par sa démarche individuelle (je tiens ma propre jambe) et communautaire (je suis au contact des autres membres de l'église) ?

Dans l'hypothèse ou les chapiteaux 2, 3 et 5 auraient été conçus pour former un triplet, ce serait le troisième et le plus haut degré de la progression.

   
Amicale Chateloise pour l'Eglise Romane - Association Loi de 1901
03250 - Châtel-Montagne  -  A.C.E.R.          Serge Seliverstoff - XI/2014